EN FR
Accueil   À propos de nous   Code de conduite
Code de conduite

Cette politique ne modifie en rien les dispositions énoncées dans les règlements administratifs de Tennis Nouveau-Brunswick. Le présent code de conduite s’applique à tous les joueurs qui participent à des compétitions sanctionnées ou requises pour être sanctionnées par Tennis Nouveau-Brunswick.

De plus, ce code de conduite s’applique en tout lieu et en tout temps sur le site du tournoi, pas seulement sur le terrain de tennis lors d’un match.

Tous les joueurs ont le devoir d’encourager et de maintenir les normes les plus élevées en matière d’esprit sportif, de courtoisie et de franc-jeu. De plus, ils sont dans l’obligation d’éviter toute conduite antisportive et tout comportement ou pratique préjudiciable au sport.

VIOLATIONS AUCODE DECONDUITE 

Les violations au code de conduite incluent, sans s’y limiter, les éléments suivants :

a. Utilisation abusive desballes  – Les joueurs ne peuvent frapper ou lancer une balle de tennis de façon violente, dangereuse ou colérique sur les lieux d’un tournoi, sauf dans la poursuite raisonnable d’un point lors d’un match (incluant l’échauffement). Aux fins de cette règle, l’utilisation abusive des balles se caractérise par le fait de frapper, intentionnellement, violemment et de façon imprudente, une balle hors du terrain ou dans les limites du terrain, sans souci des conséquences.

b. Utilisation abusive des raquettes ou de l’équipement – Les joueurs ne peuvent frapper ou lancer une raquette de tennis ou tout autre équipement de façon violente, dangereuse ou colérique sur les lieux d’un tournoi. Aux fins de cette règle, l’utilisation abusive des raquettes ou de l’équipement se caractérise par le fait de détruire ou d’endommager, intentionnellement, violemment et de façon imprudente, une raquette ou de l’équipement, y compris frapper violemment le filet, le sol, la chaise de l’arbitre ou tout autre équipement en signe de colère ou de frustration lors d’un match.

c. Agression physique – Les joueurs ne peuvent, en aucun moment, agresser physiquement un officiel, un adversaire, un spectateur ou toute autre personne sur les lieux d’un tournoi. Aux fins de cette règle, une agression physique se caractérise par le fait de toucher de façon inappropriée un officiel, un adversaire, un spectateur ou toute autre personne.

d. Excès de langage – Les joueurs ne peuvent, en aucun moment, utiliser un langage excessif à l’égard d’un officiel, d’un adversaire, d’un spectateur ou de toute autre personne sur les lieux d’un tournoi. Aux fins de cette règle, un excès de langage se caractérise par le fait de prononcer des paroles désobligeantes, insultantes ou grossières visant directement ou indirectement un officiel, un adversaire, un spectateur ou toute autre personne.

e. Langage blasphématoire – Les joueurs ne peuvent utiliser un langage blasphématoire sur les lieux d’un tournoi. Un langage blasphématoire audible se définit comme étant l’utilisation de mots connus et compris pour être profanes prononcés assez fort et assez clairement pour être entendus.

f. Geste obscène – Les joueurs ne peuvent poser de gestes à connotation obscène sur les lieux d’un tournoi. Un geste obscène visible serait de faire des gestes à connotation obscène avec les mains, la raquette ou la balle.

g. Délaidéraisonnable  – Un joueur qui ne respecte pas le délai entre les points (25 secondes), les changements de côté (90 secondes) ou les deux manches (120 secondes), ou un receveur qui ne respecte pas le rythme de jeu raisonnable du serveur est en situation de violation de temps (voir article 3 du code de conduite : Violation de temps). Les violations de temps sont régies par un système de sanctions distinct qui n’interfère pas avec le système des points de pénalité pour violation au code de conduite. Toutefois, certaines situations qui retardent le jeu sont traitées en vertu de la disposition sur les retards de jeu du code de conduite et sont donc pénalisées en utilisant le système des points de pénalités décrit ci-dessous, dans l’article 2 du code de conduite. Ces situations sont :

  1. lorsqu’un officiel juge que le receveur emploie une « manœuvre » visant à retarder délibérément le rythme raisonnable du serveur;
  2. lorsque, après avoir reçu un avis de violation de temps pour jouer trop lentement, le joueur n’est toujours pas prêt à jouer dans les 25 secondes qui suivent. En d’autres mots, sauf en cas de délai dans la reprise du jeu après une période de repos autorisée ou une permission pour aller à la toilette en cours de match ou avant le service de l’adversaire, un joueur ne peut recevoir deux avis de violations de temps consécutives pour une même situation; la deuxième violation sera traitée comme violation en vertu de la disposition sur les retards de jeu;

iii. lorsque, après avoir été prié par un officiel de jouer (p. ex. : afin de mettre fin à une discussion qui s’éternise), un joueur n’est pas prêt à jouer dans les 25 secondes qui suivent;

  1. lorsqu’il y a un retard dans la reprise du jeu après un temps d’arrêt pour raison médicale;
  2. lorsqu’un joueur qui a reçu l’autorisation de quitter le terrain, sur son propre temps, pour aller à la toilette(p. ex. : une deuxième pause toilette pour les hommes ou une troisième pause toilette pour les femmes) ne reprend pas le match dans un délai raisonnable (p. ex. : 25 secondes entre les matchs, 90 secondes entre les changements de côté ou 120 secondes entre les manches).
  3. lorsqu’un joueur qui a reçu l’autorisation de quitter le terrain pour trouver une autre raquette ne reprend pas le match dans un délai raisonnable (p. ex. : dans les 90 secondes entre un changement de côté ou dans les 120 secondes entre les manches).

h. Fournir des efforts

Le joueur doit fournir les meilleurs efforts possible au cours d’un match quand il participe à un tournoi.

i. Entraineurs et parents – Les joueurs ne peuvent recevoir de conseils au cours d’un match de tournoi.

La communication de toute sorte, audible ou visible, entre le joueur et un entraineur doit être interprétée comme technique d’encadrement. Les entraineurs et les parents sur place ne doivent pas :

  1. utiliser un langage obscène ou faire des gestes obscènes, de quelque nature que ce soit;
  2. agresser verbalement ou physiquement un officiel, un adversaire, un spectateur ou toute autre personne;
  3. se comporter d’une façon préjudiciable aux intérêts du tennis ou à l’intégrité du jeu.

En cas de circonstances flagrantes ou particulièrement préjudiciables au succès du tournoi, l’arbitre a le pouvoir de déplacer un entraineur s’il a un motif raisonnable de croire que l’entraineur intervient de façon déraisonnable, ou peut exiger que l’entraineur ou le parent soit expulsé du match ou du tournoi et, en cas de refus, il peut disqualifier immédiatement le joueur.

j. Conduite antisportive – Les joueurs doivent, en tout temps, faire preuve d’esprit sportif et respecter l’autorité des officiels et les droits des adversaires, des spectateurs et de toute autre personne. On entend par comportement antisportif toute action excessive ou préjudiciable aux intérêts du tournoi ou du sport. De plus, le comportement antisportif inclut, sans s’y limiter, faire, autoriser et endosser des déclarations publiques qui ont ou pourraient avoir un effet négatif ou préjudiciable à l’intérêt supérieur du tournoi ou de son arbitrage.

k. Vêtements inappropriés  – Les joueurs doivent se présenter sur le terrain dans la tenue vestimentaire prescrite par le comité du tournoi ou les règles en matière de tenue vestimentaire du club hôte. Un joueur qui contrevient à ce règlement se verra ordonner par l’arbitre ou le juge-arbitre de changer de vêtements ou d’équipement immédiatement. S’il refuse de le faire, il pourrait être disqualifié.

  1. S’inscrire à un tournoi puis ne pas y participer sans raison valable et sans préavis valable.
  2. S’inscrire à deux tournois dans la même période sans autorisation préalable des arbitres des deux tournois.
  3. Déclarer forfait lors d’un tournoi ou d’un match, sauf en raison d’une blessure ou de toute autre raison valable.
  4. S’associer à des parieurs.
  5. Parier ou agir comme preneur de paris pour les matchs.
  6. Accepter de l’argent ou autre contrepartie pour perdre un match ou gagner par un écart de points particulier.
  7. Prendre part à tout paiement d’argent ou autre contrepartie à une autre personne pour inciter cette personne à perdre un match ou à gagner par un écart de points particulier.