EN FR
Home   Tennis Canada News

Tebbutt: Une Coupe Davis décevante

28 Nov 2021
written by: Tennis Canada
written by: Tennis Canada

Rien n’a fonctionné pour Équipe Canada présentée par Sobeys aux Finales 2021 de la Coupe Davis, à Madrid.

Cela va de Steven Diez, qui a mené 4-1 dans la première manche du premier match contre la Suède, jeudi, jusqu’à Brayden Schnur, qui est passé tout près de gagner en trois manches contre le Kazakh Mikhail Kukushkin en lever de rideau, dimanche.

On savait que ce ne serait pas facile sans Félix Auger-Aliassime et Denis Shapovalov, mais les choses se sont empirées alors que le leader du groupe, Vasek Pospisil, ne parvenait pas à trouver son rythme.

Il y avait tout de même de faibles espoirs de se qualifier pour les quarts de finale en tant que meilleur deuxième lorsque Schnur a sauté sur le terrain du Pavilion Madrid Arena contre le vétéran Kukushkin.

Photo: Martin Sidorjak

Schnur a repoussé trois balles de match alors que Kukushkin servait à 6-5 dans la deuxième manche. Il a ensuite remporté le jeu décisif 7-5 pour forcer la tenue d’une troisième manche.

Lorsqu’il a brisé Kukushkin pour mener 1-0 au troisième acte, tout baignait dans l’huile et le Kazakh de 33 ans semblait fatigué et vulnérable, surtout après sa dure défaite de la veille contre le Suédois Elias Ymer.

Mais Kukushkin a immédiatement remis les pendules à l’heure pour niveler la marque à 1-1.

Les joueurs sont ensuite restés à service égal, Schnur étant le plus dominant tandis que Kukushkin semblait souffrir d’un problème à la jambe.

On a cru que le match allait se décider au jeu décisif lorsque Schnur menait 40-30 dans le 12e jeu. Cependant, quelques erreurs en coup droit lui ont été fatales et ont permis à Kukushkin d’arracher le gain par 6-3, 6-7(5) et 7-5 après deux heures et 55 minutes de bataille.

Photo: Martin Sidorjak

Quand on l’a questionné sur le deuxième jeu de la troisième manche lors duquel il a concédé son service, Schnur a répondu : « C’est probablement mon seul regret. Je pense que c’est mon seul jeu bâclé du match. Je n’ai évidemment pas bien joué à la première manche », admettait Schnur dans sa conférence d’après-match. « Mais cela prend un certain temps pour s’adapter à sa balle, surtout sur un court en bois sur lequel la balle ne rebondit pas beaucoup. Je n’ai donc aucun regret pour la première manche, il m’a juste fallu un peu de temps pour trouver mon rythme. À part ça, j’ai bien joué, sauf au deuxième jeu de la troisième [manche]. »

En conclusion, il a mentionné : « Il faut le reconnaître, il (Kukushkin) n’a pas vraiment craqué. Il ne m’a pas donné grand-chose. C’est donc un très haut niveau et ça s’est joué sur quelques points à la fin. »

Photo: Martin Sidorjak

Lorsqu’on lui a demandé s’il aurait été prêt à disputer le premier simple jeudi, un jour ou deux après ne pas s’être senti bien, Schnur a répondu : « J’étais prête à 100 pour cent. »

Quant à l’avenir immédiat, il a mentionné : « Je vais me reposer un peu. Je vais essayer de ne pas penser au tennis pendant les sept à dix prochains jours, histoire de me reposer physiquement. Je vais passer un peu de temps avec ma famille, ma copine, ce que je n’ai pas beaucoup fait ces deux dernières années. J’ai dû voyager et jouer, voyager et jouer et je n’ai pas pu rentrer chez moi (Pickering, ON). Je vais donc vraiment profiter de mon temps à la maison. »

Pour ce qui est de 2022, il commencera l’année à la Coupe ATP, à Sydney, puis participera aux qualifications des Internationaux d’Australie, à Melbourne.

Photo: Martin Sidorjak

Le coup de grâce des Kazakhs a été la fin du deuxième simple, qui n’a pas affecté la position du Canada, mais qui a permis à ses adversaires de terminer au premier rang du groupe B. Cela s’est produit après que Pospisil se soit ressaisi après une mauvaise première manche pour se forger deux balles de manche alors qu’il menait 6-4 contre Alexander Bublik au jeu décisif du deuxième acte. L’imprévisible Kazakh a effacé la première balle de match sur son service, puis s’est engagé dans un long échange qu’il a conclu par un coup extraordinaire — un coup droit coupé, croisé, en angle, depuis la ligne de fond, que Pospisil n’a pu atteindre.

Deux points plus tard, Pospisil a raté un coup droit, puis Bublik a produit son 19e ace du duel. La marque finale était de 6-2 et 7-6(6) pour le 36e mondial, permettant ainsi à son équipe d’accéder aux quarts de finale.

Photo: Martin Sidorjak

« Il a bien servi et je n’ai tout simplement pas joué de mon mieux », résumait Pospisil. « Je suis déçu. J’ai l’impression de ne pas être aussi alerte que je le voudrais sur le terrain ces dernières semaines.  

Quant à ce coup incroyable que Bublik a réussi pour effacer la deuxième balle de manche au jeu décisif, le capitaine a dit : « Si tu peux réussir des coups comme ça à 6-5 dans un jeu décisif — un amorti en croisé passant à trois millimètres au-dessus du filet pour gagner le point —, alors c’est trop bon. Il ne reste plus qu’à dire bravo.

« Je pense que Vasek s’est vraiment bien battu et il a changé l’allure du match à la deuxième manche. Son esprit combatif est apparu, son esprit de la Coupe Davis a brillé et il était vraiment là. Je pense que s’il avait gagné la deuxième manche, Bublik aurait commencé à se poser des questions. »

Dancevic a donné son analyse des rencontres contre la Suède et le Kazakhstan. « Nous sommes passés de favoris dans ce groupe (avec Auger-Aliassime et Shapovalov) à devoir faire face à un très grand défi. Nous avons assurément connu une semaine difficile », mentionnait Dancevic. « Je pense que nous avons eu un début un peu chancelant dans la première rencontre contre la Suède, les gars n’étaient pas assez alertes. Aujourd’hui, ils ont bien joué. À commencer par Brayden, qui a superbement bien joué, qui a eu ses chances. Selon moi, le match aurait pu aller d’un côté comme de l’autre.

« Même chose pour Vasek. Bublik a produit des coups incroyables au jeu décisif et je pense que si nous avions été en mesure de forcer la tenue d’une troisième manche, tout aurait pu arriver. Et en double, j’aurais probablement envoyé Brayden et Vasek.

« Dans l’ensemble, je pense que les gars ont tout donné cette semaine. Nous allons garder la tête haute, nous regrouper, évaluer certaines choses et aller de l’avant. »  

Photo: Martin Sidorjak

Le pointage final officiel de cette rencontre entre le Canada et le Kazakhstan était de 3-0 après que Andrey Golubev et Alexander Nedovyesov aient battu Schnur et Peter Polansky 6-4, 6-7(6) et 6-1.

Cette défaite signifie que le Canada n’est pas assuré de participer aux Finales de 2022 après huit années consécutives au sein du Groupe mondial, soit depuis 2012.

L’an prochain, à moins qu’il n’obtienne l’un des deux laissez-passer, le Canada devra se soumettre aux épreuves de qualification disputées vers la semaine du 28 février pour tenter d’obtenir sa place pour les Finales. Le tirage pour les rencontres de qualification sera effectué le dimanche 5 décembre, à Madrid.  

Photo: Martin Sidorjak

La bourse totale pour les Finales 2021 de la Coupe Davis est de 10 M$ US pour les joueurs, ainsi que de 5,3 M$ répartis entre les 18 pays participants.

Une consolation pour les quatre membres de l’équipe canadienne est qu’ils recevront environ 100 000 $ chacun. Cela devrait leur permettre de faire leurs achats de Noël et de couvrir une partie des dépenses de la saison 2022.