EN FR
Home   Tennis Canada News

Tebbutt : Vasek est l’homme de tête du Canada

23 Nov 2021
written by: Tom Tebbutt
written by: Tom Tebbutt

Les espoirs de succès du Canada aux Finales 2021 de la Coupe Davis reposent en grande partie sur les épaules de Vasek Pospisil.

En l’absence de Félix Auger-Aliassime, Denis Shapovalov et Milos Raonic, le Vancouvérois de 31 ans sera le joueur numéro un de l’équipe alors qu’il participera à sa 23e rencontre depuis 2008.

Le Canada, qui fait partie du groupe B avec la Suède et le Kazakhstan, disputera toutes ses rencontres à Madrid, tout comme le groupe A qui comprend l’Espagne, la Fédération russe de tennis et l’Équateur. Les quatre autres groupes de trois équipes évolueront à Innsbruck, en Autriche, et à Turin, en Italie. Les demi-finales et la finale seront présentées à Madrid Arena en Espagne.  

Il y a deux ans — dernière fois que les Finales de la Coupe Davis ont eu lieu, et la première fois que ces Finales ont regroupé 18 équipes en un seul lieu —, le Canada a atteint la finale avant de subir la défaite aux mains de Rafael Nadal et de ses compatriotes espagnols.

Pospisil avait alors impressionné, cumulant une fiche de trois victoires et une défaite en simple grâce à des gains aux dépens de Fabio Fognini, Reilly Opelka et John Millman avant de perdre aux mains d’Andrey Rublev. Il avait également produit deux gains et un revers en double avec Shapovalov.

En lever de rideau jeudi, le Canada se mesurera à la Suède. Pospisil, dont le classement a chuté au 133e rang, sera vraisemblablement opposé à Mikael Ymer (93e). Par la suite, Brayden Schnur (234e) ou Peter Polansky (277e) croisera le fer avec le frère de Mikael, Elias (171e). Aucun des joueurs canadiens, y compris Steven Diez (264e), n’a déjà affronté l’un des frères Ymer.

Le format prévoit que les joueurs numéro deux de simple s’affrontent, suivis des numéros un, puis du double. Il est presque certain que Pospisil, qui possède une excellente feuille de route en double, sera jumelé à Schnur ou à Polansky contre un tandem suédois qui pourrait comprendre Andre Goransson (64e en double). Le capitaine de l’équipe suédoise est Robin Soderling, qui occupait le 4e rang mondial en 2010.

Le dimanche 28 novembre, le Canada croisera le fer avec le Kazakhstan, qui compte sur la présence du talentueux Alexander Bublik (36e).

Schnur n’a pas participé à la conférence de presse de mardi. Il était, semble-t-il, indisposé par un problème non lié à la COVID-19. Selon les spéculations, il serait le candidat probablement pour le deuxième simple.

Quant au numéro un, le capitaine Frank Dancevic n’a laissé aucun doute sur son identité. « Vasek disputera le simple et le double », a-t-il affirmé. « Nous n’avons pas encore décidé pour les autres joueurs. »

Revenant sur 2019 et sur sa magnifique performance à Madrid, Pospisil a commenté : « C’était une semaine incroyable, un magnifique parcours pour l’équipe. La toute première fois que nous atteignions la finale — de formidables souvenirs et, à coup sûr, l’un des moments forts de ma carrière. Accéder à la finale de la Coupe Davis est spécial. Je suis extrêmement motivé. J’aime les courts et les conditions ici. Cela me rappelle de bons souvenirs d’il y a deux ans. Je pense donc que je serai fin prêt lorsque je sauterai sur le terrain. »

À propos de Mikael et d’Elias Ymer, il a mentionné : « Je les ai vus jouer et je connais un peu leur jeu. Ici, chaque match est difficile, mais je pense que nous avons d’excellentes chances de remporter cette rencontre. Il n’y a pas de match facile en Finales de la Coupe Davis. »

Dancevic, qui a représenté le Canada à 24 reprises en tant que joueur (fiche de 18-22), en sera à sa neuvième rencontre à titre de capitaine. Quand on lui a demandé comment il se sentait de ne pas jouer, il a répondu en riant : « Honnêtement, je suis content de ne pas me frotter à ces gars-là. Mais en même temps, je suis très privilégié et très honoré de faire partie de cette équipe et de travailler avec eux. Jusqu’à présent, nous vivons une formidable semaine, sur le terrain et à l’extérieur des courts. L’ambiance est excellente. »

À propos du nouveau format, Pospisil a confié : « Je pense que le fait de regrouper toutes les équipes en un seul lieu est extraordinaire, un potentiel extraordinaire pour le tournoi. Il faut laisser à ce nouveau format le temps de faire son chemin, mais les rencontres à domicile me manquent, certains aspects de l’ancien format me manquent. Cela dit, je comprends les avantages et le potentiel d’avoir toutes les équipes au même endroit. J’adore jouer pour mon pays et tant qu’il y a le soutien du public, c’est super agréable de jouer devant de grandes foules. Il y a deux ans, nous avions de formidables supporteurs et une superbe ambiance. »

Les amateurs canadiens sont assurément déçus de l’absence des deux meilleurs joueurs du pays — Félix Auger-Aliassime (11e) et Denis Shapovalov (14e).

Le fait qu’ils étaient les deux joueurs de simple du Canada pour la finale (contre l’Espagne) il y a deux ans, rend la chose encore plus décevante.

Mais cette année a été longue et difficile avec les quarantaines et les bulles dans de nombreux tournois, ce qui a rendu la situation particulièrement éprouvante pour les joueurs.

Les Finales de la Coupe Davis se termineront le 5 décembre, ce qui signifie que les joueurs n’auront que trois semaines environ avant de partir pour l’Australie et amorcer la nouvelle saison le 2 janvier.

À titre comparatif, en 2018, Auger-Aliassime avait conclu sa saison le 22 octobre, à Vienne, et Shapovalov le 29 octobre, à Paris. Cela avait laissé amplement de temps pour une pause de deux ou trois semaines, puis trois ou quatre semaines d’entraînement pour se préparer pour les Internationaux d’Australie. Il semble que cette année, s’ils avaient fini leur saison au début de décembre, ils auraient eu le choix entre une pause pour des petites vacances ou reprendre immédiatement l’entraînement pour 2022.  

L’an dernier, la saison d’Auger-Aliassime avait pris fin le 11 novembre, à Sofia, en Bulgarie, tandis que Shapovalov a disputé son dernier match le 10 novembre, également à Sofia. Mais c’était différent, car la saison 2021 en Australie a été retardée et n’a commencé qu’au début de février.

Leur décision de faire l’impasse sur la Coupe Davis est donc logique compte tenu de l’évolution de leur carrière respective.

Dancevic a confirmé cette idée, disant : « Les 18 derniers mois ont été difficiles avec tout ce qui se passe sur la planète. Dans l’ensemble, il n’est pas facile d’être un joueur de tennis de nos jours — beaucoup de voyages et de fatigue mentale pour les joueurs. On peut comprendre que certains joueurs soient plus vulnérables face aux blessures à cette période de l’année et qu’ils aient besoin de se reposer. Je comprends tout à fait leur décision. Ce sont des joueurs d’équipe et ils adorent représenter leur pays. Ils ont pris part à toutes les rencontres depuis que je suis capitaine (2018) et je suis sûr qu’ils y seront à l’avenir s’ils sont en santé. »

Photo: Mauricio Paiz

Quant à Milos Raonic, qui occupe maintenant le 70e rang mondial, il n’a disputé qu’un seul match — une défaite en trois manches face à l’Américain Brandon Nakashima à Atlanta, en juillet — depuis l’Open de Miami en mars à cause d’une blessure au mollet. Il espère revenir au jeu en Australie.    

Les rencontres du Canada avec la Suède et le Kazakhstan seront diffusées en direct sur les ondes de TVA Sports avec Marie-Ève Pelletier et Sébastien Goulet, ainsi qu’à Sportsnet (Ontario, Ouest et Est) avec Rob Faulds et Robert Bettauer. La première rencontre (Suède) sera retransmise à compter de 10 h (HNE) le jeudi 25 novembre.

Ci-dessous : Dancevic avec l’entraîneur de l’équipe, Guillaume Marx.